Group 16

Décryptage autour de l’IA, une interview d’Albert Derasse, Vice-President Brussels AI

Nos clients nous demandent parfois de les conseiller sur la fréquence nécessaire de modélisation… nous leur répondons qu’il s’agit de la fréquence à laquelle le modèle doit attribuer un poids aux critères discriminants du comportement client que l’annonceur cherche à anticiper. C’est ce poids qui sera traduit par un score. Vous êtes toujours avec moi ?

Rappelons d’abord que derrière ces scores il y a une intention (parfois encore latente) du consommateur d’adopter un comportement commercial : l’acceptation d’une offre, un (dés)intérêt pour un produit ou une catégorie de produits, un départ de la Société en tant que client ou abonné… Certains profils dégagent donc des scores « hauts », d’autres « bas » en fonction des caractéristiques discriminantes que la Modélisation aura déterminées et pondérées.

 

 

Un réponse technique d’abord en deux points

La re-modélisation à une fréquence donnée n’aura d’intérêt et de légitimité que si :

  1. Les critères explicatifs du modèle sont sujets à changement et observables dans l’intervalle (un comportement de surf, un contact avec l’enseigne…) et si il sont susceptibles d’être pris en compte dans la construction du modèle
  2. On est en état de vérifier la survenance de l’élément que l’on cherchait à anticiper (l’achat, le départ, …), ce qu’on appelle l’« y » dans le jargon

Il a un intérêt à modéliser régulièrement (pour peu que ces conditions soient remplies) si le Marketeur veut pouvoir asseoir son observation sur des scores frais et s’assurer de la qualité du modèle régulièrement.